Accueil > Plan > Fiches thématiques > Criminalite financiere cybercriminalite

8. Criminalité financière et cybercriminalité

La criminalité financière recouvre différentes infractions : la corruption, le blanchiment d’argent, la fraude sociale et la fraude fiscale. Ces infractions partagent une logique sociale commune : bien qu’elles soient d’une ampleur importante dans nos sociétés et qu’elles menacent directement l’équilibre économique et les valeurs démocratiques, elles sont quelque peu « invisibilisées » pour le citoyen qui paraît indifférent face à des millions d’euros détournés, face à cette « criminalité sans victime », cette « victime virtuelle qu’est l’Etat ».

Une analyse sociologique récente sur les élites délinquantes révèle l’ambiguïté de la réaction sociale : « plus le dommage est tangible et important (à plus forte raison s’il y a atteinte à une personne) plus la gravité sera élevée. À l’inverse, les transgressions aux faibles impacts (surtout économiques) ou aux conséquences abstraites (fraude fiscale) se voient toujours attribuer une faible gravité ». Le caractère passif ou le manque d’empathie du citoyen peut s’expliquer par « l’absence de personnalisation des victimes qui empêche toute empathie », à l’inverse de l’affaire Dutroux, mais aussi par la complexité technique de ce type de criminalité.

La corruption est le fait d’accepter ou proposer des avantages personnels facilité par une fonction publique ou privée.

Le blanchiment d’argent est lui l’infraction majeure de la criminalité financière, allant du fraudeur fiscal aux groupes organisés de trafic de drogues, et vise à profiter en toute impunité de fonds issus de la criminalité.

La fraude sociale vise prioritairement le dumping social et le travail non déclaré et l’assujettissement frauduleux à la sécurité sociale (fausses déclarations ONSS, fausses fiches de paie, accès à des prêts bancaires, regroupement familial etc.). Elle est, de ce fait, parfois liée à la traite et au trafic des êtres humains, mais nuit surtout aux droits des travailleurs et indépendants et induit une concurrence déloyale.

La fraude fiscale se traduit par le non-respect des obligations en matière d’impôt sur le revenu ou de TVA. D’autres typologies de fraude doivent elles aussi être approfondies.

La cybercriminalité se définit par l’utilisation abusive de l’automatisation et de données automatisées74. La fraude à la carte de paiement en fait partie.