Accueil > Actualité > Plan global sécurité prévention pgsp région bruxelles capitale maillon manquant sécurité

Plan Global de Sécurité et de Prévention (PGSP) de la Région de Bruxelles-Capitale - Le maillon manquant de la sécurité intégrale ?

Le 2 février 2017, le Gouvernement bruxellois a approuvé son Plan global de sécurité et de prévention, exerçant ainsi une des nouvelles compétences régionales issue de la sixième réforme de l’état.

Actualité sur le site web de Brulocalis.

Sur base du constat qu’une architecture institutionnelle complexe s’est développée à Bruxelles au fil des accords noués lors des précédentes réformes de l’Etat, la Région s’est vue attribuer une compétence en matière de sécurité. Cette grande fragmentation des compétences entravait, dans une série de cas l’efficacité et la cohérence des politiques urbaines. La sixième réforme de l’Etat devait permettre d’apporter des améliorations afin qu’une série de tâches et de compétences soient exercées de manière plus homogène et plus optimale pour les citoyens.

La Région de Bruxelles-capitale est ainsi devenue le pilier de l’observation et de la coordination de la sécurité et de la prévention sur son territoire.

L’accord de gouvernement fédéral du 1er décembre 2011, dans son chapitre sur la « simplification intra bruxelloise » décrivait le plan global de sécurité régional comme un instrument devant permettre la mise en œuvre d’une politique de sécurité urbaine intégrée.

Sans entrer dans le détail du PGSP et de son articulation par rapport à d’autres plans régionaux impactant la sécurité et la prévention, tels le Plan bruxellois de prévention et de proximité (PBPP) ou le Plan régional de développement durable (PRDD), car nous analyserons ultérieurement de façon plus approfondie le PGSP, il nous semble important de signaler ses éléments essentiels:

  • Le PGSP portera sur la période de 2017 à 2020.
  • Le PGSP se situe entre le Plan national de sécurité (PNS) qui découle lui-même de la Note-cadre de sécurité intégrale (NCSI).
  • Le PGSP servira de cadre de référence stratégique aux divers plans déclinés au niveau zonal et local.
  • Le PGSP est composé de 5 objectifs transversaux :
    • Obtenir une image préalable des phénomènes ;
    • Répondre au besoin de formation de ceux qui œuvrent au quotidien à la gestion et au maintien de la sécurité ;
    • Mettre en place d’une approche intégrée de la sécurité ;
    • Développer une approche orientée citoyens, avec une attention spécifique portée à la communication et à la sensibilisation ;
    • Améliorer l’accompagnement des victimes et des auteurs.
       

Le PGSP s’articule autour de 10 thématiques

  1. Atteinte à l’intégrité de la personne ;
  2. Polarisation et radicalisation ;
  3. Drogues et assuétudes ;
  4. La traite et le trafic des êtres humains ;
  5. Atteinte aux biens ;
  6. Mobilité et sécurité routière ;
  7. Environnement et incivilités ;
  8. Criminalité financière et cybercriminalité ;
  9. Criminalité organisée et trafic de biens frauduleux ;
  10. Gestion de crise et résilience.

Soulignons que dans le cadre de la mise en œuvre de ces thématiques, le PGSP prévoit la création d’un centre de communication et de crise régional ainsi que d’une école régionale des métiers de la sécurité.

Après les attentats qui ont frappés Paris et Bruxelles, nous avions consacré un Trait d’Union à l’analyse des principaux organes et mesures existants aux différents niveaux de pouvoir de notre pays pour lutter contre le radicalisme. Cette analyse révélait, si besoin en était, la difficulté d’appréhension efficace d’un phénomène aussi grave que le radicalisme de par la complexité de notre paysage institutionnel.

Dans l’esprit de la sixième réforme de l’Etat, le PGSP devrait être, sur le territoire bruxellois, l’élément qui connectera les multiples acteurs de la sécurité par l’harmonisation des mesures et recommandations inscrites dans les différents plans déjà d’application à d’autres niveaux institutionnels. Le PGSP veut offrir une vision transversale de l’approche de la sécurité. Il entend définir un cadre stratégique global pour l’ensemble des acteurs.

Nous ne pouvons aujourd’hui que nous réjouir de la naissance de cette courroie de transmission de la sécurité intégrée et osons espérer, malgré la complexité de la tâche à laquelle il devra répondre, qu’il tiendra ses promesses. Nous actons que, par ce plan mais aussi par la création de Bruxelles Prévention & Sécurité et la nomination de la Haute fonctionnaire, la Région prendra effectivement ses responsabilités en matière de prévention et de sécurité.

Reste au Fédéral à faire de même car il est évident que la mise en œuvre de ce plan impliquera une adaptation des moyens mis à disposition des communes.